• Carla Canhelm

Better Than Us

Ma note 6/10

Année 2018-2021

Format 52 min

Genre Drame Science-fiction

Une série dont je n'ai regarde que les 14 premiers épisodes. Je suis un peu étonné qu'une saison 2 soit commandée par Netflix et je me forcerais peut-être à regarder les deux derniers épisodes.


Une histoire qui commence plutôt bien, de l'intrigue, des personnages tantôt clichés tantôt intéressant que l'on découvre sans déplaisir. Un début qui dévoile aussi les éléments de ce futur avec brio car de manière assez naturelle. Les fameuses lois de la robotiques sont au centre de l'intrigue qui s'avère prenante dans les premiers épisodes.

Si Arisa (Paulia Andreeva) est réellement impressionnante dans sa prestation, la famille Safronov et la suite du scenario ne sont pas du tout à la hauteur. On va passer le personnage de Sonya Safronov qui est soit dit en passant l'une des petites filles les moins insupportables du petit écran. Egor Safronov est lui une véritable tête à claque aussi laid que stupide et son implication dans l'inutile et peu crédible bande des terroristes "anti-robot" est l'une des première grande faiblesse du show. Cette bande de terroristes qui au fil des épisodes passent de 300 à 12 puis à 3 est menée par l'immortel et agaçant Bars le frère de la non moins peu crédible et sexy copine de Egor nommée Zhanna. Ce groupe d'éco-terroriste alter-mondialiste à l'engagement immuable sont d'une inutilité indicutable. Continuons avec la famille Safronov avec la mère qui répond au joli prénom d'Alla. Elle est une perverse narcissique qui passe son temps à mentir et manipuler mais tout le monde lui pardonne (Alla étant l'un des personnages les plus perverse que j'ai pu voir et pour une fois un rôle de mère indigne et manipulatrice assumé, un choix artistique bienvenu dans l'océan de néo-féminisme actuel). Ce personnage que l'on se plait à détester est séparer du plus gros point noir du show: Georgy Safronov. Alors, d'accord Kirill Käro est peut-être le meilleur pote du producteur ce qui lui donne le droit d'avoir le rôle principal, mais qu'est-ce qu'il est mou, peu crédible et son regard de veau battu est insupportable. Son rôle est d'une écriture douteuse: le médecin décrédibilisé devenu croc-mort qui casse la gueule à tout le monde en mode père de famille Taken pour sa famille. Ce genre de héros qui veut être avec sa famille, mais sans être avec eux qui aime son ex-femme mais pas vraiment qui est pédophile mais pas spécialement (d'où il couche avec Larisa "Lara" Kuras la hackeuse adolescente bombasse dont la majorité reste douteuse au vue de son histoire). En vrai on pourrait lui pardonner d'être nul si après 14 épisodes comme il est coutume d'utiliser le nom de famille en Russie, on n'avait pas entendu 6'483 fois "Safronov" être prononcé à tout va.

Scène la plus nulle de ce personnage: le Georgy Safronov est recherché par toute la police de Russie, son portrait est même à l'arrière des voitures de police. Cependant il peut rentrer dans un commissariat pour aller voir son "allié inspecteur", découvrir que ce dernier travail avec un des hommes de main du grand méchant (pas sûre qu'il sache d'ailleurs que c'est un des hommes de main du grand méchant) , tout comprendre et repartir du commissariat sans que personne ne le reconnaisse.

Finissons donc sur le trio des méchants: Victor Toronpov le "beau gosse" méchant manipulateur narcissique qui n'a plus une once d'humanité ou de respect pour personne et ne vit que sous la pression de son beau-père (C'est grâce à son image du patriarcat que le show a plu à Netflix). Gleb l'homme de main immortel, incroyable, trop intelligent et bien maquillé qui sait tout, anticipe tout, survit à tout et est trop le plus fort du monde. Pour finir Alexey Stepanovich le beau-père acariâtre et criseux qui est un méchant patriarche (encore un) mais pas le plus méchant du monde.


En résumé une série qui démarre très bien et devient usante et usée au fur à mesure des épisodes tant les intrigues d'intéressantes deviennent invraisemblables et pleines d'invraisemblance. Cela n'aura échappé à personne, les actrices russes sont d'une rare beauté mais alors qu'est-ce que les acteurs eux sont laids, ont les dents tordus et des têtes de perdus. J'espère que grâce à Netflix nous auront plus de diversité dans la saison 2 et d'inclusivité car cela est pour le moment l'une des forces du show et ce qui lui donne une identité particulière.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Siren