• Carla Canhelm

Cursed : La rebelle

Ma note 1/10

Année 2020-2021

Format 60 min

Genre Aventure Fantastique

Katherine Langford est une excellente actrice et je me suis accroché jusqu'à l'épisode 6 pour faire honneur à sa beauté et son talent...


Cependant mes yeux ont saignés, mes oreilles ont sifflées et j'ai haï Netflix encore un petit peu plus. Massacrer une œuvre légendaire au nom de leur politique communautariste passe encore c'est visiblement le seul moyen trouvé pour gagner des parts de marchés. Mais imaginer une histoire aussi dénuée d'intérêt et d'enjeux dans des décors que Ron Howard aurait refusés en 1988 pour tourné "Willow" n'est pas rattrapé par une volonté politique de réinventer le mythe.

La dame du lac, première détentrice d'Excalibur, le lancement m'a donné envie (ils sont forts pour donné envie chez Netflix). Katherine Langford au générique ça annonce une actrice capable de porter une série et d'être une power girl badass qui nous en mettra plein la vue. Alors c'est quoi ça? Imaginons il n'y avait plus de budget pour les costumes et les accessoires (Madame la Faë il y a vos cornes qui se décollent, Kylian c'est pas parce que tu as 9 ans que tu dois animer des loups aussi mal,etc. ). D'accord il fallait absolument abattre au rang d'ivrogne inutile un symbole du patriarcat en la personne de Merlin. Que pour des raisons politiques évidentes Arthur et Morgane se devaient d'être métisses ( l'acteur qui campe Arthur est très beau et joue très bien mais visiblement les tribus celtes et barbares étaient plus ouvertes au multiculturalisme à l'époque que l'état du Texas aujourd'hui). Et bien sûre pour être capitaine de navire pirate il fallait être une femme mannequin car un simple trombone sur le nez la transforme en personnage badass.


En résumé

  • Une avalanche de seconds rôles inutiles.

  • Des maquillages ridicules qu'aucune Rockstar des années 90 n'accepterait de porter en public.

  • Des méchants grotesques.

  • Des religieux qui prennent plaisir à désacraliser l'église catholique (comme dans TOUTES les productions Netflix).

  • Des pouvoirs "magiques" auxquels le scénario ne fait appel que quand ça l'arrange et encore.

  • Des scènes de combat tellement nullissime que ça en devient glauque.

Et pour finir avec le schéma récurrent de Netflix les hommes caucasiens sont méchant et/ou peureux les femmes et les minorités visibles sont gentils braves et courageux. C'est aussi fatiguant que les films d'horreurs des années 90-2000 dans lesquels c'était toujours le black qui mourrait en premier.

Quand finira-t-on par faire de la qualité ? A laisser la politique lobbyiste hors du cinéma fantastique ? A résilier ses abonnements Netflix pour demander des programmes sans équité forcée ?


Vous aller me haïr car il le faut pour votre propre bien, mais certains d'entre vous se diront que je dis tout haut ce que vous ne publierez jamais sur vos réseaux sociaux de crainte des représailles inévitables du harcèlement vindicatif que l'on tolère aujourd'hui.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Siren