• Carla Canhelm

Le Passager nº4

Ma note 1/10

Année 2021

Format 1 h 56 min

Genre Science-fiction Thriller Drame

J'arrive un peu tard devant la TV et je vois RainMaker film sans avoir vu le logo de Netflix d'abord.


Mon amie me regarde en souriant je flaire le piège mais bon, Anna Kendrick apparait et oui je pourrais regarder un film juste pour elle. Un film oui mais ça... après 4:51 de tremblements insupportables, je m'attarde un peu sur le casting : une femme commandant de bord forte et intègre, une femme scientifique forte et indépendante et bien qu'étant asiatique un homme scientifique donc faible et fragile. Je dis pour rigoler à ma copine, "ah l'équité forcé c'est quand même de la propagande fasciste mais aller, je veux bien croire que ces 3 acteurs sont là pour leurs talents". Le film se poursuit après une blague sans saveur sur les élitistes Harvard et Yale (pour information ils enseignent le latin et le grecs là-bas ce sont donc des suprématistes blancs pro-patriarcat), la capitaine trouve des traces de sang frais au sol, elle lève les yeux et non aucune interstice d'où le sang aurait pu couler mais un panneau d'un seul tenant. Tout être normalement constitué aurait arrêté de regarder le plafond et check son équipage. Mais pas elle, elle dévisse le panneau et un homme noir tombe du ciel.

J'ai regardé ma chérie et j'ai hurlé: "quoi c'est cette m&%* de Netflix ?" elle a rit et on a arrêté le film de propagande à la seconde qui a suivit l'explication de la présence de cet homme. Oui, ma copine est la comique et moi je suis la chieuse.


Cependant 18:23 minutes de Passager N°4 devrait être la peine maximum que vous devriez vous infliger avec ce navet cancel-culture approved, woke compliant et SJW granted.




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cruella